Créer un Tiers-lieu peut aboutir à de nombreux types d’espace. La définition initiale d’un tiers-lieu laisse un champ des possibles très large. Il est donc essentiel d’en définir le périmètre pour la French Ruche.

Un tiers-lieu, c’est quoi ?

Il existe presque autant de définition du mot Tiers-lieu que de personne écrivant des articles sur le sujet selon que l’approche soit économique, sociale, anthropologique, financière, géographique …  De la définition donnée par Ray Oldenburg dans son livre The Great Good Place de 1999 :

« where people can gather, put aside the concerns of work and home, and hang out simply for the pleasures of good company and lively conversation – are the heart of a community’s social vitality and the grassroots of democracy. »

nous ne retiendrons que les deux concepts de démocratie de proximité et de la vitalité sociale de la collectivité.

Les deux autres concepts souvent évoqués quand il s’agit de définir un tiers-lieu sont les non-lieux de Marc Augé et les hypers-lieux de Michel Lussault. Les anthropologues s’intéressent particulièrement à l’émergence des tiers-lieux, témoins d’évolution sociétale. En 2013, Yoann Duriaux et Yoann Duriaux ont écrit le Manifeste des Tiers-lieux qui semble servir aujourd’hui de référence. Sans entrer dans tant de spécification et afin d’éviter une approche trop générale et trop globale du sujet des tiers-lieux, seul le tiers-lieu dit de « travail et d’innovation » nous intéressent : espace de coworking, les incubateurs, les accélérateurs d’entreprise …

Les notions communes sont celles de communauté et de travail collaboratif, l’intelligence collective et les synergies ainsi que de créativité et d’innovation.

Make the worl a better place

Communauté collaborative autour de valeurs communes

Un Tiers-lieu est avant tout une démarche collective autour d’un système de valeurs.

  • La première des valeurs essentielles est la bienveillance nécessaire à la recherche permanente de solutions garantissant un équilibre entre collaboration et démarche individuelle, entre contribution et rétribution.
  • La notion de travail est au cœur du projet La French Ruche : trouver et mettre en œuvre des solutions pour améliorer nos conditions de vie et dépasser les crises économiques et écologiques. Travaillant ensemble dans un cadre de confiance émotionnel et cognitif, les échanges et les discussions peuvent alors aboutir à une démarche de production de ces solutions.
  • La diversité et la tolérance sont au cœur du projet, valeurs humaines essentielles, elles garantissent également une grande hétérogénéité des profils et des intentions. La diversité des compétences, d’âges, de cultures permet de mobiliser des ressources et de faciliter le passage de l’intention à la concrétisation.

Intelligence collective et synergies

  • Un tiers-lieu nécessite une gouvernance adaptée aux rapports particuliers avec les usagers / les clients. La relation entre le lieu et ses usagers est à la fois transactionnelle et transformationnelle. Les usagers deviennent associés dans le développement de la structure via une force de cocréation.
  • Une déontologie définie et adaptée permet de respecter les singularités de chacun tout en préservant les intérêts de tous. La force de la diversité et de ressources est au cœur de l’intelligence collective et des apports de valeur individuels et collectifs. Il est nécessaire d’encadrer cette synergie et de la canaliser.
  • Le travail collaboratif ne peut fonctionner sans garantir la sécurité des idées, des concepts, des innovations etc. La confidentialité et la question de propriété intellectuelle se doivent d’être encadrées juridiquement et respectées par les usagers.
  • Un équilibre stable doit être mise en place entre le lieu et le groupe via des règles imposées et la participation de chacun, via la responsabilité collective et individuelle, via la répartition des investissements individuels et collectifs.

Créativité et innovation

  • La créativité est au centre de la French Ruche en s’opposant à une logique très conventionnelle et rationnelle du monde du travail et en mettant en avant la créativité, l’apprentissage, l’adaptation et le pouvoir de l’imagination.
  • Provoquer des rencontres improbables et la sérendipité s’obtient par la mise en place d’un flux d’interactions entre les individus, entre les espaces mais également entre l’intérieur et l’extérieur. Les collaborations avec les collectivités locales, les associations ainsi que des partenariats avec les entreprises locales facilitent grandement les synergies.
  • Les offres de services et l’infrastructure numérique se doivent d’être dédiées au travail mobile et de favoriser les interactions sociales par la mise en relation des compétences, des ressources et des volontés. Accompagnement, formation, mise à disposition d’outils de conception et de production sont les services clés de la réussite du projet.

Et la French Ruche, dans tout ça ?

Les détails de l’offre de valeurs sera présentée dans le modèle économique qui sera partager sur le blog ainsi que ces évolutions tout au long du développement du projet et de son exécution.

Laisser un commentaire